Israélien ou Juif ?

41CKhYj-FAL

Tiré des mémoires d’Ariel Sharon.

Mes parents ont fait partie de la troisième vague d’Alya. Malgré tout leur zèle révolutionnaire, ils savaient au plus profond d’eux-mêmes ce que signifie le fait d’être Juif. Ils connaissaient leur culture, ils parlaient hébreu. Je serai très fier de moi si j’étais capable de maîtriser l’hébreu aussi bien que mon père. Une génération de rebelles mais avec de profondes racines dans le judaïsme. 

Le problème a commencé avec notre génération, nous n’avons pas eu de judaïsme dans notre éducation. Le résultat en est que notre génération a, dans un certain sens, perdu ses racines ; la première à le faire. Que savions-nous de la pensée juive ? Que savions-nous de la contribution juive au monde ou de la présence juive ici en Israel ? Très peu. Nous enseignait-on d’être fiers d’être Juifs, descendants de ces Juifs qui, au long des âges, s’étaient battus jusqu’à la mort pour leurs croyances ? Non, on ne nous enseignait pas cela. Il y avait, au lieu de ça, une tentative de créer, avec notre génération, non pas des Juifs mais un nouvel Israélien. Et nous avons été détachés, dans ce processus, des générations précédentes qui avaient le judaïsme gravé au cœur.

Et le monde extérieur aussi l’a perçu. Je me souviens, lorsque je voyageais à l’étranger, dans les années 50 et 60 que je sentais le désir des autres de me considérer non comme un Juif mais comme un israélien, de faire la distinction. Vous êtes un israélien, semblaient-ils dire. Eux, ces êtres là-bas, avec leurs vêtements étranges et leurs étranges mœurs, ils sont Juifs. Et, dans un certain sens, il m’était plus commode d’être ainsi considéré. Mais c’était aussi dangereux. C’était le signe que nous avions perdu notre judéité. Pour ma part, même alors je n’ai jamais pensé que nous pourrions survivre ici si nous n’étions rien de plus que des israéliens. Car notre attachement au pays d’Israel, notre identification avec lui proviennent de notre judéité. Lorsqu’il s’agit de pratiquer le judaïsme, il y a beaucoup de choses que je ne connais pas. Mais je sais absolument que d’abord et avant tout je suis Juif et ensuite seulement israélien et le reste.

Les problèmes ont commencé à notre génération avec la perte des racines. Puis est venue une autre génération et déjà une autre une autre génération encore, celle des enfants de nos enfants. Et, soudain, les doutes nés avec nous ont pris de plus en plus d’importance. Ce pays est-il à nous ? Sommes-nous absolument sûrs de ne pas prendre quelque chose appartenant à un autre ? Et plus le doute se renforçait, plus la détermination et la résolution s’affaiblissaient.

Mais il y a, malgré tout, quelque chose qui soutient les Juifs. Même un non religieux le reconnaît. Autrement, comment ce peuple aurait-il pu survivre pendant des milliers d’années comme il l’a fait, dans l’exil et la diaspora, persécuté, massacré, chassé de  partout ? Il y a quelque chose qui maintient cette nation.

De façon intéressante, ces derniers temps, nous sommes témoins de quelque chose qui arrive en Israel, ce que nous appelons le mouvement des Hozerim bit’shouva. Tout à coup, les gens les plus laïcs – membres de kiboutzim, pilotes, médecins, artistes – prennent la décision de devenir orthodoxes. Un besoin de se relier à leurs racines. Ces israéliens découvrent qu’ils sont d’abord Juifs. En cent ans, le sionisme et le judaïsme, ensemble au départ, sont en train de se rejoindre, fermant la boucle.

Pour moi, la réaffirmation de l’identité entre Israel et le judaïsme est la condition de notre survie.

Publicités
Cet article, publié dans Textes, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s