Self-esteem

L’estime de soi et le 9 Av

be-happy-self-esteem-img

L’estime de soi est l’un des fondements d’une personne.

Au delà de la « confiance en soi », qui est en rapport avec les capacités de l’individu, l’estime de soi porte sur ses valeurs. Si quelqu’un n’arrive pas à en avoir suffisamment, il risque de s’effondrer rapidement. 

L’organisation Mondiale de la Santé a ainsi affirmé l’importance de fortifier l’estime de soi, en particulier chez les jeunes, pour prévenir du suicide face à une éventuelle détresse mentale ou autres situations difficiles de la vie (1).

Selon Wikipédia, l’estime de soi est le « résultat d’un rapport entre nos succès et nos prétentions dans les domaines importants de la vie ». En d’autres termes, il s’agit du rapport entre ce que nous sommes réellement et ce que nous voudrions être dans l’idéal.

La façon dont nous nous percevons influencera fatalement la façon dont les autres nous perçoivent…

C’est donc un cercle vicieux ou vertueux, selon.

La Thora en parlait déjà : lorsque les explorateurs, envoyés par Moïse, rencontrèrent les peuples de la terre d’Israel, ils les perçurent comme des « géants ». Ils diront plus tard (2) « Nous étions à nos propres yeux comme des sauterelles et ainsi étions-nous à leurs yeux ».

L’estime de soi influence donc le regard de l’autre mais aussi la façon dont nous voyons notre entourage (cf notre article « Le regard sur l’autre« ). Ainsi, lorsque l’estime de soi d’un individu est basse, il aura tendance à dénigrer les autres. Selon Rav Kohn (3), c’est pour cette raison que les explorateurs dirent du mal de la terre d’Israel : leur problème était d’abord personnel, ils se jugeaient négativement.

La faute des explorateurs causa la tragédie du premier « 9 Av »…

L’estime de soi est donc un élément clef dans notre téchouva.

Comment augmenter son estime de soi ?

Le Chla Akadoch, le Ramban et le Ravad nous conseillent de se trouver des points positifs le soir, avant de dormir et de se dire des phrases telles que « Je suis quelqu’un de bien, de fort, etc… ». Lorsque nous nous souvenons de nos impairs il faudrait se rappeler que nous ne sommes pas ces erreurs là, que nous nous sommes « oubliés »: notre vrai ‘moi’ est constitué de nos qualités humaines, le reste n’est que temporaire.

Procéder à l’énumération de ses qualités à voix haute et projeter la journée du lendemain en se disant que grâce à ces qualités nous allons l’optimiser, peut vraiment changer le cours de notre vie (4).

Au boulot 😉

Références :

1) http://www.who.int/mental_health/media/en/62.pdf
2)  Bamidbar 13,33
3) www.techouvot.com/par_chelah_lekha_nous_etions_comme_des_sauterelles-vt5241.html
4) Propos de rav Avraham Drai

Publicités
Cet article, publié dans 6iem sens, Limoud, Pensée Juive, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s