Quid des grandes émotions en contradiction avec la raison ?

reason-and-emotion2


Nous avons déjà vu qu’il fallait tenir compte de ses émotions dans nos prises de décisions… 
Pourquoi nous arrive-t-il d’être attiré par des choses qui semblent si loin de la Thora ?

Une première réponse serait de dire que si l’on est attiré par quelque chose de négatif, c’est que cela correspond à notre tikoun, notre réparation à faire sur Terre. Selon la Hassidout, la mitsva que l’on a le plus de mal à accomplir est une indication de notre mission ici bas : corriger ce trait de caractère ou cette pulsion. Un autre mode de pensée (shita) explique que la mitsva que l’on apprécie le plus est notre raison de venue sur Terre : nous devons nous y appliquer au maximum. Plus sympa (et plus facile) quand même mais dans le fond pas si loin de la première idée, à méditer…

Pour comprendre le deuxième axe de réponse, il faut d’abord éclaircir un principe spirituel important : ce qui possède le plus de force positive attire le plus de forces négatives.

Les forces du mal sont en effet attirées par la sainteté. C’est pour cela que le corps d’un Juif mort est impur, contrairement au corps d’un non-Juif (Yebamot 20a). Le Or Hayaim Akadoch prend l’exemple de deux pots : l’un dans lequel il y avait du miel que l’on a vidé et l’autre qui a toujours été vide. Si on les met dehors, les insectes seront attirés par celui ayant contenu du miel.

On peut ainsi remarquer que si l’élément le plus saint de la création est l’être humain (nous avons le devoir de profaner chabat ou kipour afin de sauver notre prochain), à contrario l’impureté la plus grande est celle d’un corps mort (avi av atouma). Dans le même ordre d’idée, le lieu le plus sacré sur Terre fut le Temple de Jérusalem et plus précisément la pierre centrale du mont du Temple sur laquelle reposait le Kodesh Akodashim (Saint des Saints). Après la destruction du 2iem beit amikdash, une église y fut construite : une avoda zara (idolatrie) qui revêt une grande impureté.

Allons plus loin… Les deux anges se situant au dessus de l’Arche d’alliance (au sein du Kodesh Akodashim) symbolisent l’union entre Achem et le peuple juif. Si le peuple ne vit pas en accord avec les principes de la Thora, les anges se tournent le dos. Selon la kabbala, lorsque l’union entre D.ieu et son peuple se fait ici bas, alors les anges s’unissent réellement. Un midrash rapporte que lorsque les romains sont entrés dans le Saint des Saints et ont vu cela, ils furent choqués : d’après la Chrétienté, l’union sexuelle entre un homme et une femme était un acte animal, négatif. Comment cela pouvait-il être représenté dans l’endroit le plus Saint du Judaïsme ?

Vous avez compris la réponse : l’acte sexuel est la mitsva la plus élevée entre un mari et sa femme (la chéHina / Présence Divine réside parmi eux). Il est donc logique que le plus grand yetser ara / mauvais penchant soit dans ce domaine…

Une image revient souvent dans le Judaïsme. L’animal se déplace généralement à quatre pattes : son cerveau, son coeur et son ventre se situent tous sur la même ligne horizontale, au même niveau. L’homme, lui, avance de façon verticale et possède donc la tête en hauteur, puis le coeur et enfin le ventre. Tâchons de rester des « hommes » en faisant toujours passer la tête avant le reste…

Ainsi, lorsqu’une tentation survient, elle peut être signe d’un grand potentiel de sainteté : la surmonter serait glorifier le nom de D.ieu de façon exponentielle et avec un peu de mérite, le véritable sens de votre épreuve nous sera dévoilé par la suite. Attention tout de même à ne pas aller vers les épreuves : « Ne te fais pas confiance jusqu’au jour de ta mort ! » (Avot 2, 4).

Rav Benchetrit a évoqué une idée similaire. Avant de recevoir la Thora, les béné Israël ont eu l’épreuve du « veau d’or ». Cela est très révélateur… Avant une grande révélation spirituelle, il y a toujours une épreuve difficile. Prenons le raisonnement inverse : une grande épreuve signifie qu’un dévoilement spirituel est imminent. Il faut donc savoir ouvrir l’oeil pour ne pas tomber à l’obstacle juste avant la victoire !

Plus facile à dire qu’à faire mais si l’on constate le potentiel hautement négatif d’une situation, alors on se rappellera du potentiel positif immense que l’on peut (que l’on doit) en tirer.

Good luck my friends 😉

Publicités
Cet article, publié dans Limoud, Pensée Juive, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s